écouter

La radio

   FORUM La1ere » L'Hebdo »

Sentiment de discrimination

 

2 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Sentiment de discrimination

n°196
hebdo 3
Posté le 02-04-2010 à 11:17:09  profil
 

Comment diminuer le sentiment d’être discriminé des immigrés et enfants d’immigrés en France ?

n°197
10depique
Posté le 02-04-2010 à 14:32:46  profil
 

En baillonnant Wolton, peut etre ? OK je sors...

n°198
MthrFckr
Posté le 02-04-2010 à 22:29:52  profil
 

Je vous retourne la question : comment diminuer le sentiment d'être laissé sur la touche des enfants d'ouvriers ou de paysans ?
Pourquoi les enfants issus de ZEP (et ne nous le cachons pas, ils s'agira toujours à 90% d'enfants d'immigrés) ont un accès facilité dans certaines écoles comme la "pré-classe prépa" d'Henry IV ou l'ENA, quand les jeunes enfants de paysans bretons n'ont rien ?

Voilà, la faute à toutes ces associations de défense des droits de telle ou telle communauté, qui s'excluent spontanément du paysage français au titre de je ne sais quel particularisme... Etant jeune breton, je rêve de voir une association représentative des enfants de paysans ou d’ouvriers, et je bénis le jour où nous aussi, nous auront le droit d’avoir notre passe d’entrée direct à l’ENA sans devoir passer les concours... Ces associations auront eu ce qu’elles recherchaient : le droit à la différence + le subventionnement. Profitez de vos petites « victoires », continuez à affirmer vos différences, faites toutes les lois que vous voulez pour protéger vos « particularisme » mais ne vous plaignez pas en échange d’être considérés comme « différents » et de souffrir de l'image de vos "grands frères" qui ont si bien su promouvoir l'image de vos communautés dans ces quartiers, aujourd'hui, de non-droit...

Ma réponse à la question : Dé-Victimisation, Méritocratie, Egalité !


Message édité par MthrFckr le 02-04-2010 à 22:33:07
n°200
antonin 77
Posté le 03-04-2010 à 14:12:51  profil
 

je suis d'accord avec toi sur toute la ligne excepté qu'il ne faut pas à ton tour réclamer ce que tu critique à savoir des associations de défense des bretons, là on s'en sort plus. il faut au contraire se battre contre ces associations qui nuisent à l'intégration en voulant l'orchestrer. Elles envoient un message terrible à ceux qui auraient encore pu vouloir s'assimiler en promettant de les défendre dans leurs différence. Cet effort d'assimilation tellement important devient alors inutile car les nouveaux privilèges sont réservés à la "diversité".

n°201
kayambis
Posté le 03-04-2010 à 17:45:36  profil
 

A propos du "sentiment" d'être discriminé...

Citation:

« Les rapports de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Égalité (HALDE) et plusieurs enquêtes soulignent à juste titre le caractère inadmissible des discriminations dans le monde du travail. Il n’est pas question d’en nier la réalité. Toutefois, pourquoi analyser le refus d’embauche ou de stage sous le seul angle de la discrimination raciste ou ethnique ? L’expérience a été faite de tourner ces entretiens en vidéo pour ensuite en présenter les images aux candidats, aux employeurs, aux enseignants. Les résultats sont éloquents. Nombre de jeunes, par crainte ou par un sentiment de fatalité, arrivent en retard, habillés en jogging la casquette sur la tête, poussant la porte sans frapper, s’asseyant sans saluer sur le bord de la chaise le corps renversé comme pour regarder la télé, ne posant aucune question sur le travail mais en en rajoutant sur le salaire et les vacances… En face, la personne en costume pose des questions du type tests psychologiques ou psychotechniques, s’obligeant à rester dans une attitude raide de neutralité. Lorsque la scène est rediffusée aux protagonistes, les jeunes sont étonnés de leur “look” et sont les premiers à dire que s’ils étaient employeurs “ils ne se prendraient pas” ; quant à celui-ci, il comprend très vite l’inadaptation de son attitude à l’égard de jeunes qui n’ont jamais connu l’univers du travail salarié […] L’ignorance des codes sociaux et culturels au travail est l’obstacle le plus évident à l’embauche. Au lieu de crier immédiatement au racisme, il serait préférable non pas de raisonner en termes de catégories de populations mais en termes d’analyse de situations […] »

Jacqueline Costa-Lascoux, directrice de recherches au C.N.R.S., membre du Haut Conseil à l’Intégration, dans un livre intitulé « L’humiliation : les jeunes dans la crise politique »

Souce:Le blog de Malika Sorel
http://puzzledelintegration.bl [...] -paix.html


Message édité par kayambis le 03-04-2010 à 17:48:08
n°202
MthrFckr
Posté le 03-04-2010 à 19:18:38  profil
 

@antonin 77 : on est bien d'accord sur toute la ligne ; j'avoue que mon cynisme ne passe pas très bien "à l'écrit", mais je soulignais juste le côté absurde de telles associations et je mettais en exergue que les enfants d’immigrés sont loin d’être les seuls à souffrir d’un sentiment de « laissé pour compte ». Cyniquement j'imaginais des centaines d'associations dans le décor français pour tirer la couverture de la victimisation vers elles... *drôle*
Pour revenir sur la question posée, même réponse. Comme dit par kayambis, il faut savoir faire des efforts ; des enfants d’immigrés, j’en ai croisé beaucoup au cours de mes études et je ne les ai jamais vus souffrir au quotidien de cela. L’éducation, le niveau social ne seraient-ils pas à la base de tout ?
Du racisme, il y en a, du délit de faciès, il y en a, je ne le nie pas ; mais des victimes imaginaires, il y en a aussi. Pour un logement, on préfèrera toujours un gentil fils d’instit qu’un enfant d’immigré aux garanties incertaines… C’est déplorable !
Pourquoi : car certains ont donné et donnent une mauvaise image des « immigrés » et toute cette population en pâtit.
Comment diminuer ce sentiment et certaines injustices ? Tout simplement en démontrant par A+B que les enfants d’immigrés sont des citoyens comme les autres et sont largement aussi capables que des français de souche. Ça prendra beaucoup de temps pour mener la vie dure aux stéréotypes et faire évoluer les mentalités - les corses, les marseillais en souffrent encore - mais c’est possible. Et je pense que les politiques essayent de faire de gros efforts sur ce point en mettant de plus en plus sur le devant de la scène des personnalités issues de la diversité (certes, c’est de la com’, mais je pense que cela prendra au fil des années) : ces personnes devront prendre plus de responsabilités à l’avenir, se montrer capable, afficher des réussites etc… Il faudrait également parler un peu plus des jeunes qui réussissent dans leur vie professionnelle plutôt que de voir sans cesse les mêmes reportages infâmes sur les banlieues (merci TF1 et M6). Il faudrait qu’un jour sur les marchés, les petites gens comme vous et moi parlent du petit Hicham qui a fait normal sup’ et qui a gardé des valeurs telles que la famille, plutôt que de parler des racailles & co.
Quand j’entends Anasthasie Tudieshe, Nadir Djennad ou Eric Zemmour débattre sur des sujets aussi vastes qu’intéressants, je suis admiratif devant leurs connaissances et leurs capacités de réflexion. C’est ça qu’il faudrait mettre à 21h sur le service public et petit à petit les gens seraient…plus éclairés.

Voilà ma réponse : un effort des politiques, des médias, et l’opinion évoluera.


Message édité par MthrFckr le 03-04-2010 à 19:20:20
n°203
garveyking
Posté le 04-04-2010 à 00:58:52  profil
 

Le sentiment de discrimination n'est pas qu'un ressenti mais bien une realite nuisible a l'ascenseur sociale que peuvent rencontrer nombre d'enfants d'immigrés diplomés.

Non seulement etre d'origine africaines et antillaises accroit les difficultés a l'embauche mais meme une fois l'emploi obtenu  leurs competences professionnelles sont remises en cause et bien des obstacles doivent etre surmonté pour obtenir une évolution de carriere!

Le livre "Au secours le prof est noir!" de serge BILé illustre bien cette barrière sociale avec des témoignages réelles de prof Noir discriminés dans l'éducation nationale

n°208
hedgehogms​x
Posté le 04-04-2010 à 17:03:18  profil
 

C'est le même problème qu'avec le sentiment d'insécurité : il y a du vrai et du faux, des drames et des fantasmes. Est_ce qu'à chaque fois qu'un blanc est embauché face à un candidat non-blanc, il s'agit d'une discrimination ? Non, bien sûr. Mais le doute sera toujours là pour celui qui a vu ses espoirs s'envoler. On nous a montré dans des reportages de jeunes diplômés "issu de l'immigration" qui galèrent : le contexte économique y est aussi pour beaucoup, des dizaines de milliers de blanc galèrent aussi. Pas facile de mesurer le taux de discriminations réelles dans ce contexte.
Je ne suis pas convaincu que la loi et le politique y puisse grand chose. C'est dans les têtes, et, au risque de choquer, être con est un droit. Et puis franchement, vous vous voyez bosser dans une petite entreprise avec un patron que la loi a contraint à vous prendre et qui vous déteste car c'est un raciste invétéré ? Vous voulez vraiment participer à son entreprise, lui faire gagner de l'argent ?
Sincèrement, je ne vois pas beaucoup de solution réelle.

n°209
Teddy59650
Posté le 05-04-2010 à 20:32:36  profil
 

Diminuer le sentiment de discrimination? Je pense qu'il n'y a rien a faire.
Faire baisser le nombre de discriminations effectives au logement, a l'emploi et dans les lieux de loisirs? Un maitre mot : EDUCATION des populations discriminantes.
Dans ce cadre, je trouve qu'un ouvrage comme celui de Monsieur Thuram est extremement utile.

n°213
kayambis
Posté le 06-04-2010 à 12:40:24  profil
 

Camarade Teddy59650,

Qu'entendez-vous par EDUCATION des populations discriminantes ?

On éduque un enfant, pas un peuple !
Êtes-vous pour l'instauration de « camps de ré-éducation », comme cela se fit sous certaines dictatures ?
Je sais ! Je joue un peu sur les mots...

… avec l'espoir que la population de ce pays cesse de « cracher » sur son passé et sache se réconcilier autour d'un projet politique constructif pour notre avenir.

n°214
kayambis
Posté le 07-04-2010 à 13:33:57  profil
 

Sur la discrimination...

Beaucoup de nos concitoyens prétendent qu'il n'y pas assez de représentants issus de la « diversité » au sein de l'Assemblée nationale. Pas assez de  femmes, pas assez de « diversité »...

Mon souci n'est pas de savoir si c'est une femme ou une personne issue de la « diversité » qui me représentera dans l'hémicycle. Mais de savoir si le député que j'aurais fait élire sera compétent, et s'il saura surtout défendre mes intérêts... de classe !

La caste médiatico-politique, dans son ensemble, ne se souci pas de la quasi absence de députés issus des milieux populaires au sein de l'Assemblée nationale. Rama Yade, par exemple, elle a beau être noire, incarner la « diversité » au sein du gouvernement, elle ne vient pas pour autant d'un milieu modeste. Elle ne se souci guère de la France « d'en bas ». C'est une personne ambitieuse cherchant avant tout à faire sa place sous les projecteurs médiatiques. Si l'ambition est un puissant moteur dans l'existence qui peut être parfois source de progrès pour la société, reconnaissons que ce n'est pas son cas !

Ce dont contre quoi je m'insurge ? Prétende lutter contre les inégalités sociales en luttant contre des discriminations, et qu'il suffirait de transmuter le sexe et la couleur de peau des élus de la République pour résoudre l'insécurité sociale croissante du pays.

La discrimination ! What's that ? Un concept « bourgeois » visant à substituer la lutte des classes par une lutte des sexes ou des « races ». Mais les rapports sociaux de production sont asexués ! Et l'exploitation de l'homme par l'homme n'a pas de couleur de peau ! Tout ce temps et cette énergie dépensé au nom d'une lutte forcenée contre les discriminations se fait au détriment des véritables combats sociaux. Ceux qui consistent à inverser le rapport capital/travail à la faveur de la masse des travailleurs...  cette « majorité silencieuse » !

Cette propagande sur les discriminations me semble finalement être une ruse de la classe dominante - ceux à qui profite la « mondialisation heureuse » - visant à diviser le peuple français autour d'interminables palabres pour savoir qui sont les victimes (concurrence victimaire) et qui les « discriminants ». Diviser pour mieux régner !

Je ne confond toutefois pas discrimination et racisme. Le racisme est condamnable non seulement moralement mais également pénalement.

Mais je ne veux voir dans le racisme qu'une exception qui confirme la règle !

Peut-être pèche-je par optimisme ?


Message édité par kayambis le 07-04-2010 à 20:55:40
n°533
super phar​m fr com
Posté le 05-06-2014 à 10:14:53  profil
 

Le problème est parfois un peu artificiel car la victimisation c'est ce que les média et la majorité imposent à la minorité qui ne se sentait infériore avant et n'y arriverait pas sans etre constamment persuadée que ces droits sont violés.


---------------
http://prix-viagra-france.com/viagrapourfemme
n°565
milan100
Posté le 05-06-2015 à 05:33:36  profil
 

J‘ai un meme problem coque samsung galaxy A7 etui samsung galaxy A7


Message édité par milan100 le 10-06-2015 à 11:16:06

Aller à :
   FORUM La1ere » L'Hebdo »

Sentiment de discrimination